© 2018 - En Cie du Sud - info@encompagniedusud.com

LABO#1 - Atelier chant

Mené par Martine De Michele et Valérie Kurevic au GAFFI

(Groupe d'Animation et de Formation pour Femmes Immigrées) 

(janvier-mars 2016 - 10 séances)

 

Dans la continuité des spectacles Montenero et La Rive, crées sur base de témoignages recueillis auprès de femmes, nous avions l’envie de poursuivre les rencontres avec d’autres personnes, prioritairement des femmes, immigrées ou non. Notre médium principal est le chant

car il donne aux spectacles une dimension transversale qui permet de raconter et de transmettre des émotions en lien avec les témoignages. Le chant est un médium qui nous permet d’aller à la rencontre d’un large public car sa transmission est directe, immédiatement commu-

niquée et, surtout, il s’adresse également à des personnes qui ne maîtrisent pas la langue française C’est précisément ce qui nous intéresse dans le chant (principalement, le chant polyphonique), à savoir, sa capacité à fédérer des personnes différentes par leurs origines, leurs coutumes, leur langue, leur religion car ce sont les sons qui importent ainsi que les émotions que l’on partage. Le sens du chant possède également son importance mais nous savons que le plaisir de chanter et de partager des chants est plus important que les paroles au moment de la rencontre. Notre proposition artistique vise à renforcer le vivre ensemble et l’intégration, la rencontre de l’autre dans sa différence et la richesse qu’elle contient. Le chant rassemble par son caractère universel et peut se révéler être un outil puissant de cohésion sociale. Nous possédions déjà une certaine expertise dans le domaine puisque nous avons entamé une démarche similaire avec notre spectacle Montenero. Lors des représentations relatives à l’enregistrement du CD audio au Théâtre National (Mars 2014), nous avons développé une opportunité de rencontre avec des associations locales, notamment le GAFFI (Groupe d’Animation et de Formation pour Femmes Immigrées) et le CPAS d’Uccle. Dans ce cadre, nous approchions un public précarisé et le succès de la démarche nous a conforté dans l’idée que nous pourrions nous adresser à des publics mixtes. Alors que Montenero nous confinait peut-être à des publics plus ciblés en lien avec l’immigration, La Rive nous permet de provoquer des rencontres interculturelles en nous adressant à des milieux sociaux variés. L’important à ce stade est de fédérer nos interlocuteurs autour de thématiques plus transversales.

 

Notre travail artistique est toujours ancré dans le réel, grâce aux témoignages que nous utilisons mais aussi, grâce aux ateliers que nous mettons en place autour des créations. Ce travail nous permet de créer du lien avec des publics ciblés et de ramener nos productions vers un public plus large. Notre travail demeure sans cesse vivant car il est constamment nourri d’expériences vécues.

 

La proposition faite au Gaffi a été de travailler le chant avec un groupe de 10 personnes, groupe qui a été accompagné par une formatrice du Gaffi, elle-même compétente en chant.

Il s’agissait  d’un atelier de chant, réparti en 10 séances étalées sur un trimestre.

Chaque séance a durée 1h30 et proposait, après échauffement, de découvrir et de s’approprier un chant, issu du répertoire de La Rive ou de Montenero, en priorité.

Les 2 dernières séances ont été dédiées à une répétition et à une représentation en comité restreint (proches et familles des participants) qui s’est déroulé le 10 mars 16 au Centre sportif et culturel Pôle Nord à Bruxelles.

LABO#2 - Lecture/interviews

USINE DE FEMMES

d'après M-F. Bied-Charreton

Avec : Martine De Michele, Florelle Naneix, Nancy Nkusi

 

Chronique d’une «établie» d’usine. A la fin des années 60, ils furent beaucoup à choisir de vivre aux côtés des ouvriers, leur insufflant l’idée révolutionnaire. On les a appelés «les établis».

LABO#3 - ATELIER CHANT

Mené par Martine De Michele et Valérie Kurevic à la Bibliothèque de Fétinne (Ville de Liège, Janvier-février 2017)

 

Dans le courant des mois de janvier février 2017, un groupe d'appre-nants  FLE de la Bibliothèque de Fétinne accompagné de 3 personnes francophones ont participé à 5 ateliers chant, avec Valérie Kurevic et Martine De Michele ("En compagnie du Sud"). A l'annonce des ateliers, les participants étaient un peu décontenancés et réticents car ils n'avaient jamais chanté de leur vie. Je bousculais un peu leurs habitudes et amenais une activité inédite dans le cadre des tables de conversations du vendredi après-midi. Malgré leurs a priori, ils ont joué le jeu et très vite, ils ont pris beaucoup de plaisir à partager en groupe ces moments chantés. Dès le début, ils savaient que les chants qu'ils travaillaient faisaient partie du spectacle "La rive" de la troupe "En compagnie du Sud" . Cette pièce parle des ruptures de la vie telles que le burn-out et l'immigration. Ces thèmes ont été abordés à différentes reprises, au cours des ateliers. En tant qu'animatrice, j'ai pu observer tout au long du processus que les participants ont pris beaucoup de plaisir lors des activités, qu'ils ont adoré se dépasser, qu'ils sont devenus de plus en plus en complices entre eux et par conséquent, le groupe s'est soudé dans ce projet commun. Malgré la difficulté de chanter dans des langues qui leur sont complètement étrangères (patois italien et africain), ils ne se sont pas démotivés et se sont accrochés. Le jour du dernier atelier dans le cadre du Festival de Liège, le groupe est allé voir le spectacle "La rive". Lors de la représentation, les participants semblaient fort intéressés par le jeu des comédiennes, même si le niveau de langage était trop élevé pour eux. Au moment où les actrices ont chanté les textes appris lors des ateliers, ils se sont mis a chanter de leur place de spectateurs avec beaucoup d'entrain et de fierté. Je fut également surprise par le chant du mari d'une des participantes qui se retrouvait à chanter en cœur avec nous "Wirira" en langue africaine, alors qu'il n'avait pas participé aux ateliers. Son épouse devait probablement répéter avec lui à la maison. 

 

Lorsque je repense à ce soir du 17 février 2017, mon impression est que nous avons vécu un moment suspendu et magique où les participants et les chanteuses vibraient et se répondaient en chœur. Au terme de cette soirée, tous étaient enthousiastes, heureux, et fiers d'avoir participé à ce projet. Une expérience inoubliable pour chacun de nous ! Les échos ont été très élogieux ! Une belle manière d'appréhender une œuvre théâtrale !

 

 

Tonia FUOCO
Animatrice-formatrice

Service de la Lecture publique| Ville de Liège

Bibliothèque de Fétinne