« Les Fils de Hasard, Espérance et Bonne Fortune » : pourquoi continuer encore ?

Marco Martiniello 

Directeur de Recherches au FNRS. Directeur du CEDEM. Directeur de l'Institut de Recherches en Sciences Sociales ULiège

Après 7 années de représentations interrompues en 2020 de "Les Fils de Hasard, Espérance et Bonne Fortune" à Liège, puis à Mons et à la Louvière, il semble particulièrement opportun de continuer à présenter le spectacle pendant les 5 prochaines années pour plusieurs raisons :

 

  1. La qualité de la pièce, de la mise en scène et du jeu des acteurs est remarquable. De plus, d’année en année, des modifications sont apportés à plusieurs scènes ce qui crée chaque année certaine nouveauté enrichie par un travail de création évolutif dans le respect  de la philosophie de l’œuvre.

  2. Les thématiques abordées dans la pièce sont d’une actualité brûlante comme le montre encore les déplacements d’exilé.e.s créé.e.s par le conflit en Ukraine

  3. La pièce parle d’une expérience migratoire particulière de l’après-guerre, à savoir l’immigration italienne de travail en Belgique. Elle respecte le devoir de mémoire qui est crucial pour les descendants de ces travailleurs et travailleuses immigré.e.s mais aussi pour les populations locales qui les ont reçu.e.s.

  4. La pièce parle aussi de la période actuelle et du fils conducteur des migrations de hier et de celles d’aujourd’hui. Elle s’inscrit clairement dans un démarche d’éducation permanente et de formation au réalités migratoires qui est indispensable au renforcement démocratique et à la lutte contre les exclusions et les extrémismes

  5. Lors des soirées de représentation, la salle devient une lien d’expression de la citoyenneté et de participation. Les spectateurs ont la possibilité de s’exprimer, de donner leur opinion et leurs analyses sur les réalités migratoires  dans un espace sécurisé où ils ne seront pas jugées

  6. Enfin, les représentations sont créatrices de lien social et de convivialité. Dans cette période qui a justement privé de larges parties de la population de lien social et de convivialité en raison de la pandémie, cette pièce contribue à faire société en partageant un moment chaleureux et festif.

 

En conclusion, cette pièce est loin d’être arrivée en fin de cycle. Elle présente de nombreux atouts qui expliquent sa popularité amis aussi son énorme intérêt social dans la période troublée que nous traversons.